Pierre-Henri Bovis : «La SNCF aujourd'hui privilégie ce nouveau marché au détriment des Français.»

  • le mois dernier
Pierre-Henri Bovis : «La SNCF aujourd'hui privilégie ce nouveau marché au détriment des Français. Et maintenant, le gouvernement vient distribuer des bons points pour acheter la paix sociale. C'est n'importe quoi.»