Rachida Dati accusée de diffamation par le PDG de Renault

  • 先月
#RachidaDati #Renault #Affaire #Justice

Plainte déposée contre Rachida Dati

Rachida Dati, fraichement nommée ministre de la Culture, fait face à une plainte déposée par le président de Renault, Jean-Dominique Senard, pour "dénonciation calomnieuse". Cette plainte fait suite à des propos tenus lors d'une audience au tribunal correctionnel.

Accusations et mise en examen

Lors de cette audience, l'ancienne ministre de la Justice a accusé Jean-Dominique Senard d’entrave à la justice et d’omission de témoigner en faveur d’un innocent dans l’affaire Renault-Ghosn. Ces accusations ont conduit à une mise en examen pour "corruption passive" et "trafic d’influence passif", des infractions passibles de lourdes peines de prison.

Réponse de Jean-Dominique Senard

Dans sa plainte, Jean-Dominique Senard a qualifié la citation directe de Rachida Dati de "dilatoire" et de stratégie médiatique visant à victimiser l'ancienne garde des Sceaux. Il estime que ces accusations sont infondées et ne reposent sur aucun élément concret.

Enquête du Parquet national financier

En 2019, le Parquet national financier a ouvert une enquête sur des soupçons d'abus de biens sociaux et de corruption au sein de l'entreprise Renault, suite à une plainte d'une actionnaire. Des contrats jugés douteux ont attiré l'attention des autorités sur l'usage des fonds de l'entreprise.

Mise en examen de Rachida Dati

Rachida Dati a été mise en examen en 2021 pour des faits de corruption passive et trafic d’influence passif, en lien avec des rémunérations perçues d'une filiale de Renault pendant son mandat au Parlement européen. Cette mise en examen ne préjuge en rien de sa culpabilité, comme l'a souligné le Premier ministre sur TF1 en défendant le principe de présomption d'innocence.

#RachidaDati #Renault #Affaire #Justice

お勧め