Les 6 innovations incroyables de Minority Report devenues réalité

La prévision des crimes

Inspiré d'une nouvelle de Philip K. Dick datant de 1956, ce thriller futuriste réalisé par Steven Spielberg avait anticipé de nombreuses avancées technologiques qui sont désormais courantes dans notre quotidien. Dans le film, les Precogs, des individus dotés de pouvoirs spéciaux, sont capables de prédire qui, quand et où un meurtre va être commis. Depuis 2012, cette idée n'est plus si fictive que ça : les forces de police de Los Angeles et Zurich utilisent désormais des logiciels de "prévention du crime" qui intègrent de multiples données liées à la délinquance pour patrouiller de manière préventive.

La voiture connectée

Dans Minority Report, le personnage de John Anderton utilise une voiture sans chauffeur, se déplaçant grâce au pilotage automatique. Depuis octobre 2010, cela n'est plus de la science-fiction puisque Google a développé huit voitures entièrement automatisées. De plus, Renault-Nissan a prévu de commercialiser en France dès 2020 le Next Two, un véhicule électrique sans conducteur ni volant.

La rétine au scanner

Dans le film, le protagoniste John Anderton fait tout pour éviter d'être identifié et interpellé par les capteurs de rétine utilisés par la police. Depuis 2003, la "reconnaissance rétinienne" s'est démocratisée dans les aéroports anglais et américains, ainsi que pour l'accès aux sites de l'armée américaine. Grâce aux avancées de la biométrie, des appareils sont capables de vous identifier en cartographiant la paroi interne de votre œil avec une marge d'erreur de seulement 1 sur 10 millions.

L’e-journal

Dans une scène du film, un utilisateur du métro de Washington lit une version spéciale du journal USA Today dont le contenu s'actualise en temps réel. Bien que cette scène puisse sembler dépassée à une époque où la plupart des personnes lisent les actualités sur leur tablette, il est intéressant de noter que Philip K. Dick, l'écrivain de science-fiction qui a inspiré le scénario du film, était un visionnaire.

Les images en 3D

Dans Minority Report, le personnage de John Anderton regarde des films en 3D de son fils décédé, les larmes aux yeux. Depuis la sortie du film Avatar de James Cameron en 2009, la projection d'images en 3D est devenue courante au cinéma. De nos jours, les grands fabricants de téléviseurs proposent également des écrans plats permettant la visualisation d'images en relief sans lunettes.

Un écran obéissant aux gestes

Dans le film, le policier John Anderton interagit avec un grand écran

Recommended