Crépol : le gouvernement condamne les descentes de l’ultradroite

il y a 3 mois
La séance de questions au gouvernement s’est ouverte par une minute de silence. La présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, a souhaité rendre hommage à Thomas, tué à Crépol dans la nuit du 18 au 19 novembre. Puis un autre sujet s’est imposé à l’agenda : les mobilisations de l’ultradroite survenues à la suite du drame.

Gérald Darmanin, ministre de l’intérieur, a fermement condamné les mobilisations de militants d’ultradroite : « Ce qui s’est passé à Romans-sur-Isère ou à Lyon, et dans d’autres lieux de France, est absolument scandaleux. » La première ministre, Elisabeth Borne, s’est elle aussi exprimée sur ces manifestations : « La justice ne vient jamais de la violence, nous ne laisserons rien passer. (…) Nous avons un devoir d’unité, un devoir de dignité, sans pour autant minimiser les faits, un devoir de décence, en respectant le deuil de la famille et des proches. »