Retraites : Charles de Courson accuse Elisabeth Borne d'avoir « détourné l'esprit de la Constitution »

  • l’année dernière
Lors de son discours précédant le vote de la motion de censure déposée par son groupe, Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires, Charles de Courson, a accusé la première ministre, Elisabeth Borne, d'avoir préparé le « passage en force » de l'exécutif sur l'adoption de la réforme des retraites.