il y a 2 mois

EXCLUSIF - Polémique sur la députée LFI, Rachel Kéké qui soutient un OQTF Ivoirien - Hadama Traoré s'explique et affirme qu'il y a une "islamophobie d'état" mettant en cause Gérald Darmanin

Jeanmarcmorandini.com
Jeanmarcmorandini.com
La suite de la polémique autour de la députée LFI, Rachel Kéké qui a visité et pris la défense d'un homme ivoirien ayant une OQTF. Une opération organisée par un responsable associatif, Hadama Traoré qui s'est exprimé, pour la première fois en exclusivité ce matin dans Morandini live et il explique que selon lui, il y a dans cette affaire une une "islamophobie d'état". Il met également en cause à plusieurs reprise, le Ministre de l'intérieur Gérald Darmanin, et comme vous allez pouvoir le découvrir dans la vidéo exclusive ci-dessus, il affirme que "l'homme qui a été expulsé reviendra en en France, et il le fera par la grande porte."

Le 14 novembre, le député LFI Rachel Kéké s’est rendue au centre de rétention (CRA) de Plaisir pour apporter son soutien à un ressortissant ivoirien (dénommé Mousse B.) sur le point d’être expulsé dans son pays, après de nombreux démêlés judiciaires et accusé de radicalisation. Mousse B. est né en 1984 en Côte d’Ivoire.

Il est aujourd’hui âgé de 38 ans. Il est arrivé régulièrement en France à l’âge de 4 ans, au titre du regroupement familial, et entame dès l’adolescence un long parcours de délinquant « qui se déploie sur 20 années au total » selon les autorités.

Ses déboires avec la police et la justice commencent à la fin des années 90. Il est rattrapé par la justice et condamné à de multiples reprises entre 2003 et 2021, notamment pour des faits de port d’arme, association de malfaiteur, vol avec violence, délit de fuite, violences & outrages, refus d’obtempérer ., etc.

« Le quantum total de ses peines s’élève à plus de 15 années d’emprisonnement » indiquent les autorités préfectorale dans un document consulté par CNEWS.

Il est d’ailleurs incarcéré en continu de mai 2012 à novembre 2020. Sa détention est en outre marquée par plusieurs incidents et il est accusé de radicalisation en prison. Lundi 14 novembre au matin, le député LFI Rachel Kéké se présente ainsi au centre de rétention de Plaisir en compagnie d’une attachée parlementaire, pour rendre visite à Mousse B et elle est avec le militant associatif Adama Traoré.

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir