Nous ne sélectionnons pas nous-mêmes les vidéos qui apparaissent sur nos pages Topics, elles sont automatiquement choisies par un algorithme. Si vous pensez qu'une vidéo n'appartient pas à un Topic, merci de nous la signaler.
il y a 9 mois

Alexis Corbière dévoile des secrets-défense ? | Désintox | ARTE

Désintox - Arte
Désintox - Arte
Retrouvez Désintox du lundi au jeudi, dans l'émission 28 minutes, à 20h sur Arte.
Sur Facebook : https://www.facebook.com/28minutes/
Sur YouTube : https://www.youtube.com/user/28minutesARTE
Sur instagram : https://www.instagram.com/artedesintox/
Sur Twitter : https://twitter.com/ArteDesintox
Sur le site d'Arte : https://www.arte.tv/fr/videos/RC-014077/28-minutes/RC-016371/desintox/

Le député Alexis Corbière a-t-il violé le secret-défense ? Invité sur FranceInfo le 9 mars, l’élu de la France Insoumise, membre de la commission de Défense à l’Assemblée nationale, a évoqué des armes livrées par la France à l’Ukraine : « Il y en a très peu. Vous parlez des armes Françaises, franchement c’est des gilets pare-balles et quelques missiles antichars », Une déclaration qui a provoqué l’ire de certaines personnalités politiques, dont le candidat communiste Fabien Roussel dénonçant une violation du secret défense. Depuis le début de la guerre, l’État français refuse de dévoiler la liste du matériel fourni aux ukrainiens en invoquant des raisons stratégiques. Devant le sénat, le 1er mars (1’10), la ministre des Armées, Florence Parly, avait néanmoins confirmé l’envoi « de missiles et de munitions ». Mais sans plus de précisions.

Davantage de détails avaient été donnés aux membres de la commission de défense lors d’une réunion à huis clos. Alexis Corbière, qui n'était pas présent à cette réunion, affirme avoir répété des informations de presse. En réalité, le transfert de missiles antichar n’avait pas été annoncé de manière affirmative par les médias avant son intervention. C'est un article du Monde, quelques heures après son interview, qui a confirmé les propos du député LFI.

Mais le député, s'il a été peut-être un peu trop loquace, ne peut en revanche être accusé de violation du secret défense. Les membres de la commission de Défense à l’Assemblée nationale, faute d'habilitation, ne reçoivent en effet pas d'informations relevant du secret défense. Ce qui les prive, de fait, de la possibilité de le trahir.
Ajoutées

il y a 10 mois